Mosettig

  • bermozet

    Confidences

    La photo m’a accompagné depuis le début de l’adolescence. Avec une boite de biscuit « Brun », l’optique d’un Kodak à soufflet et une colonne de ferraille fauchée sur un chantier. A l’époque, on achetait en droguerie les produits nécessaires à l’élaboration des bains. Et puis, il a fallu vivre les images plutôt que de les faire. Beaucoup plus tard, l’argentique a laissé la place au numérique. Bouderie… normal ! L’impression qu’il n’y avait plus la noblesse ni le mérite de l’artisan.

     

    Pour découvrir un jour que la photographie opérait une mutation. La facilité apparente de l’automatisme des appareils et de la production d’images imposa plus de recherche, d’exigence et de motivation à dire quelque chose en les faisant. Une nouvelle magie était à portée de regard et d’invention. Une évolution comparable à ce qu’avait été celle de la peinture cent ans plus tôt, en somme…

     

    Si la photographie est une illusion de la réalité, elle doit suggérer la métaphore qui éveille notre réalité intérieure. Les gens, les objets, les moments et les lieux ne continuent à exister que si on les photographie. Et la photo devient à son tour objet. Mais pas un objet inanimé. Quelle violence dans une photographie qu’on déchire !

     

    Moi, je photographie ce que je voudrais pouvoir peindre et mettre en mots. Et souvent, je ne le fais que parce que j’en ai envie ; un peu comme quand on va au cinéma sans savoir quel film, qu’on espère bon, on va découvrir. J’ai toujours aimé raconter ou écrire des histoires. Avec la photographie, j’ai retrouvé ce plaisir et je ne cherche, pour l’heure, que la trace de l’humain sur les objets. Plus tard je me consacrerai aux traces du vécu sur les humains. Il faut pour cela être un peu écrivain avec pour stylo la lumière et quelques millions de bits. Après avoir posé l’appareil, on attrape le clavier de la machine informatique et on continue l’élaboration de l’image, la transformation du moment figé désormais porteur du passé, d’un présent et du ressenti qui l’accompagne.

     

    C’est ce que je vous invite à faire en ma compagnie…

     

     

    Bernard Mosettig

  • La 12ème édition de la manifestation artistique COULEURS en LOIRE2017 se tient à Chaumont-sur-Loire. Ce sont une soixantaine d’artistes qui se retrouvent dans une trentaine de lieux patrimoniaux. Plusieurs artistes de l'Artothèque participent parmi lesquels Mayi, Bruno Salaün et Bernard Mosettig.

  • Le carré sera le thème de notre prochaine exposition à l'Artothèque.
    Pourquoi le carré? Ce format a pour caractéristique de ne pas donner de direction a la toile , contrairement au rectangle qui peut être horizontal ou vertical. Il a inspiré de grands artistes comme Klimt pour ses paysages ou le célèbre baiser, Malevitch.
    Le carré s'impose dans le travail , il bloque le regard, le centre; il impose son ordre, il pose par ailleurs, pour les raisons déjà citées, un problème de composition, le sujet est central, sinon il crée un vide problématique.
    Le carré est une des figures géométriques de base , comme le cercle auquel il s'apparente. On trouve également la notion de carré dans les mandalas -"chemin pour trouver le centre en soi"- extra européens .
    Ouverture de cette exposition de 15h à 19h les vendredi, samedi et dimanche à l'Artothèque. Vous n'y verrez pas d’œuvres de Malevitch, Mondrian, Vasarely, Klimt... mais muni de ces quelques clés de décodage, vous pourrez voter pour votre œuvre préférée et tenter de gagner un abonnement de 6 mois à l'Artothèque -Jeu gratuit sans obligation d'achat-.

    Rendez-vous pour le vernissage le vendredi 25 mai à 18h30 au 138, avenue de Châteaudun, 41000 BLOIS (entrée à l'arrière du bâtiment, côté droit)

     

  • Les artistes de l'Artothèque invitent un artiste extérieur de leur choix : cette année nous aurons la chance d'avoir 10 invités ! ce qui augure une exposition d'une richesse et d'une diversité importante, donc à ne pas manquer. Le vernissage aura lieu le vendredi 6 octobre 2017 à partir de 18h30 :une date à noter tout de suite dans votre agenda . 

  • L'Artothèque reprend son cycle d'expositions d'Art contemporain à l'Espace Portevin avec cette première exposition 2018.

    Il s'agit, comme chaque année pour l'Artothèque, de prolonger la commémoration de la "Journée internationale des Femmes" avec cette exposition pour marquer d'un évènement,  une réalité : celle que beaucoup reste encore à faire sur le chemin de l'égalité Homme-Femme.
    Les artistes de l'Artothèque mobilisés sur ce thème, vous proposeront de découvrir des oeuvres originales ainsi que l'activité de prêt oeuvres d'Art, qu'ils animent.
     
    affiche feminin pluriel 1025x
  • Les artistes de l'Artothèque vous proposent  une exposition de rentrée avec des oeuvres "jamais vues" que vous pourrez emprunter bientôt !

    Un bon prétexte pour vous accueillir pour notre vernissage le vendredi 21 septembre  à 18h30. 

    affiche expo larentree 2018

  • Les invités sont ceux des Membres et Artistes de l'Artothèque qui ont souhaité vous faire découvrir, ou mettre en valeur, un Artiste de leur choix sur le principe qu'un Artiste Artothèque choisit un invité.

    C'est maintenant devenu une coutume pour l'Artothèque, que celle de partager avec le public de nouvelles idées créatrices grâce aux invités, dans une exposition variée et plébiscitée, à voir absolument.

    Le vernissage aura lieu le vendredi 26 octobre 2018 à 18h30 en présence des artistes.

    afficheinvitesA42018s

  • L'exposition Kdod'Art vous attend avec plus de 250 cadeaux à l'Artothèque. Vendredi soir 1er décembre 18h30 aura lieu le vernissage en présence des artistes et à cette occasion Pierre Beaufils pourra vous croquer le portrait en 10' !

    Vous pourrez admirer les aquarelles de Jacques El-Khaddar (parmi d'autres oeuvres),

    les sculptures d'Etienne Magen, (en fond et en flou)  les dessins de Gabriel Richard, les petits formats de Gérard Guéguen, les photographies d'Armelle Flahault, mais aussi les "petits" formats de Stéphane Buissart, de Mayi,

    des bacs pleins de trésors (petits formats de Mayi, Svetlina, André Quétard, dessins de Bruno Salaün)

    des photographies d'Armelle Flahault et de Bernard Mosettig, les petits formats de Pierre Beaufils, les figurines de  Bruno Salaün, les "petits culs" de Pascal Jullien et beaucoup d'autres oeuvres.