Artothèque Val-de-Loire

  • Présentation de l'Artothèque

    Présentation de l'Artothèque

    Le collectif des artistes contemporains du Val de Loire (CAC41) a crée en 2000 une artothèque afin de proposer des œuvres d’Art à la vente ou à la location, aux entreprises, aux institutionnels comme aux particuliers amateurs d’Art.Un certain nombre d'Artistes dont les ateliers se situent en Loir-et-Cher, dans le Cher et dans le Loiret, laissent à la disposition du Read More
  • Pourquoi une artothèque à Blois ?

    Pourquoi une artothèque à Blois ?

    Démarche culturelle et de sensibilisation à l’Art pour tous, aide multiforme pour les artistes, l’Artothèque se veut représentative d’une dynamique régionale. Elle se donne pour mission de rendre l’Art accessible à tous, sans préjugés de style ou d’expression, toujours dans un souci d’excellence créative. Renouveler avec originalité son image auprès du grand public, afficher son dynamisme et sa créativité tout Read More
  • Comment fonctionne « l’ Artothèque du Val de Loire » ?

    Comment fonctionne « l’ Artothèque du Val de Loire » ?

    L’Artothèque, association loi 1901, propose, en accord avec les artistes membres, la location d’œuvres d’art. Pour la vente et la commande d’œuvres spécifiques, elle favorise le relationnel entre les créateurs, les entreprises et les particuliers demandeurs. Chaque location fait l’objet d’un abonnement assorti d’une durée de location de trois mois à douze mois pour les particuliers, de douze mois minimum Read More
  • Petite histoire des artothèques

    Petite histoire des artothèques

    L’idée du prêt d’œuvres d’art est ancienne. Elle apparaît au début du 20ème siècle en Allemagne. Des artistes berlinois décident de louer leurs œuvres en réponse à une crise du marché de l’art. L’idée se développe dans les années 1960-1970 en Allemagne, aux Pays- Bas et dans une partie de l’Europe du nord. En France à la même époque, les Read More
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

lafont

C’est armé d’un crayon, d’un appareil photo ou de mes doigts qui façonnent la glaise que j’affronte les jours, que je me défends contre le passage inexorable du temps.
On dit que le démiurge a façonné le premier homme à partir de la glaise. L’Écriture a ajouté : « Tu es poussière… » L’écriture ne raconte pas que cette poussière est le résultat ultime de l’érosion, qu’elle a la même composition que le globe terrestre. Elle ne dit pas non que cette poussière devient dure comme la pierre lorsqu’on la porte au feu. En choisissant l’argile comme matériau, je sais que chacune de mes sculptures porte en elle en réduction L’ « Alma mater », la terre nourricière.
Ce n’est pas par hasard que je représente le plus souvent le corps féminin, espace imaginaire, source de vie, réceptacle de mes craintes archaïques, de mon désir de perdurer, de ma recherche d’apaisement ou d'un espoir d’avenir. Loin de tout élément de contexte, mes femmes sont souvent seules, ou dans une relation passionnée à l’enfant ou plus rarement à l’amant. Je voudrais qu’elles témoignent du bouillonnement, de l’obstination et de la fragilité de la vie.

Lucien Lafont

 

 

Parcours

Né le 19 mai 1944 à Londres
D’une mère anglaise et d’un père aviateur français.
Instituteur spécialisé de 1963 à 1975. De 1975 à Décembre 2007 à la protection judiciaire de la jeunesse,
Educateur, animateur artistique à l’école de formation des éducateurs de Savigny sur Orge,
puis directeur de service et directeur départemental.
Sculpteur à temps complet depuis fin octobre 2007.

Expositions :

1985-1989 Salon de Charenton-le-Pont - Exposition collective.

Octobre 1988 Galerie SALEM quai de Jemmapes 75010 Paris –Exposition personnelle.

Novembre décembre 1988 Galerie SALEM – Exposition collective.

Janvier 1989 Créativité, Espace Delacroix 94 St Maurice - Exposition collective.

Octobre 1994 « 42 rue des loges » 85 Fontenay le comte - Exposition collective.

Décembre 1995 Galerie La Roche sur Yon – Exposition collective.

Juillet 2007 Le Prieuré 41 Valaire – Exposition collective

Ouchamps, Perrusson, Blois, Molineuf, La Perrière, Pocé...et j'en passe